logo_CASSSH-haute-pressionBudget 2018-2019 – Présence de la Campagne CA$$$H à l’Assemblée nationale
Il ne faut que 16M$ pour indexer de 3,25% les subventions du PSOC et
cesser d’appauvrir les groupes

Québec, 14 mars 2018 – Après la présence presque quotidienne, depuis novembre 2017, des organismes en santé et services sociaux (OCASSS) de partout au Québec dans les gradins de l’Assemblée nationale, leurs regroupements provinciaux étaient sur place hier pour revendiquer une indexation annuelle qui ne les appauvrit pas. Ainsi, la délégation de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles a assisté à la période des questions et a rencontré des responsables de tous les partis dans le cadre de la campagne CA$$$H. Elle était accompagnée d’une vingtaine de membres du Collectif de défense des droits (santé-mentale) de la Montérégie.

Leur présence a été soulignée par le député Dave Turcotte (Saint-Jean) et ce dernier a questionné la ministre Lucie Charlebois déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie afin que le gouvernement s’engage dans prochain budget. « Depuis 2010, nous dénonçons l’usage de l’Indice des prix à la consommation (IPC) pour déterminer l’indexation des subventions des groupes alors qu’il faudrait plutôt tenir de la hausse de nos coûts d’opération. L’IPC, c’est fait pour que les ménages puissent conserver leur pouvoir d’achat. Les organismes communautaires ne sont pas des ménages ! souligne Mercédez Roberge, du comité de coordination de la campagne CA$$$H. Nous sommes donc ravis que cet échange ait permis d’entendre la ministre confirmer que des travaux étaient en cours au sein de son ministère relativement à cet élément-clé de nos revendications ».

Durant le Débat de fin de séance, la ministre Charlebois a en effet conclu par la déclaration suivante : « J’entends leurs demandes pour l’indexation et je réitère que nous avons, à l’interne, au ministère de la Santé, une évaluation, justement, sur comment nous pourrions faire davantage au niveau de l’indexation. »

Dans leurs rencontres avec les porte-paroles des 4 partis, les regroupements provinciaux ont plaidé pour de nouvelles balises pour déterminer l’indexation des subventions du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC). « La hausse des coûts d’opération des groupes communautaires du domaine de la santé et des services sociaux est estimée à 3,25%, bien loin de l’indexation de 0,7% reçu l’an passé sur la base de l’IPC. L’insuffisance de l’indexation est un des obstacles majeurs qui empêchent les groupes de répondre aux besoins grandissants de la population. Plusieurs de nos groupes ont dû réduire des heures de travail, faire des fermetures saisonnières, couper des postes. L’IPC ne permet pas de couvrir les coûts de l’indexation des salaires et de la hausse des charges sociales en découlent. C’est sans compter toutes les autres dépenses qui augmentent plus vite que l’IPC comme les assurances, la vérification comptable, la location de bureaux, etc. s’inquiète Doris Provencher, du comité de coordination de la campagne CA$$$H. Nous appelons le ministre des Finances à prendre cet enjeu à bras le corps et réitérons notre volonté de collaborer avec elle pour trouver des solutions ».

Les rencontres d’hier représentent une étape importante pour les groupes mobilisés par la campagne CA$$$H. « Partout au Québec, les groupes que nous représentons expriment l’urgence d’agir par le budget 2018-2019. Il n’en coûterait que 16M$ pour indexer correctement les subventions du PSOC. Malgré les enveloppes particulières dégagées pour répondre au plus pressant, il faut réaliser que ces financements ponctuels ne touchent toujours qu’une minorité des 3 000 groupes soutenus par le PSOC. Pour la plupart, la seule perspective est de recevoir l’indexation annuelle. Leur survie ne peut dépendre des futures promesses électorales » conclut Mercédez Roberge.

Rappelons que les trois revendications de la campagne CA$$$H (Communautaire autonome en santé et services sociaux – Haussez le financement) portent autant sur le financement que sur l’encadrement du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) : injecter 355 millions de dollars de plus par année aux subventions pour la mission globale, indexer annuellement ces subventions en fonction de la hausse des coûts d’opération (en remplacement de l’IPC) et garantir l’avenir du PSOC en améliorant son fonctionnement et sa structure.

En cohérence avec leurs revendications, les OCASSS interviendront d’ici aux prochaines élections, afin que des engagements fermes soient pris envers le communautaire. Ils participeront également aux actions de diverses campagnes, dont Engagez-vous pour le communautaire. Cette dernière demande une augmentation des subventions de l’ensemble des ministères (475M$, incluant les 355M$ pour le PSOC) et une indexation qui suit les coûts d’opération des groupes.

Les 43 regroupements provinciaux membres de la Table rejoignent 3 000 organismes communautaires en santé services sociaux de la province (OCASSS). Ceux-ci abordent la santé et les services sociaux sous différentes perspectives (femmes, jeunes, hébergement, famille, personnes handicapées, communautés ethnoculturelles, sécurité alimentaire, santé mentale, violence, périnatalité, toxicomanie, etc.) En plus d’être des ressources pour des centaines de milliers de QuébécoisEs, les groupes et leurs regroupements sont des espaces de participation citoyenne essentiels à la démocratie québécoise.

Pour en savoir plus sur cette journée du 13 mars : http://bit.ly/2pczLZZ

-30-

Pour informations :

Alexandra Pierre, 438-838-2482casssh@trpocb.org
www.facebook.com/campagneCASSSH
http://trpocb.org/campagneCASSSH/

Informations complémentaires

Personnes rencontrées des 4 partis politiques :

Du Parti libéral du Québec :

  • Karine Vallières, députée de Richmond et adjointe parlementaire du premier ministre (volet jeunesse)
  • Saul Polo, Adjoint parlementaire du ministre des Finances
  • Christine Guillemette, attachée politique de la ministre Lucie Charlebois

Du Parti québécois :

  • Dave Turcotte, porte-parole en matière de santé et de services sociaux, député de Saint-Jean
  • Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin, porte-parole en matière de condition féminine
  • Nicholas Marceau, député de Rousseau, porte parole en matière de finances
  • Harold Lebel, député de Rimouski, porte-parole en matière de solidarité sociale
  • Diane Lamarre, députée de Taillon, porte-parole en matière de santé et d’accessibilité aux soins
  • Stéphane Bergeron, député de Verchères
  • Sylvain Rochon, député de Richelieu
  • Alain Therrien, député de Sanguinet
  • Hugo Vachon attaché politique du député Dave Turcotte
  • Hubert Laprise, recherchiste de l’opposition officielle

De la Coalition avenir Québec :

  • François Paradis, député de Lévis, Porte-parole en matière de santé et de services sociaux
  • Sébastien Schneeberger, député de Drummond–Bois-Francs
  • Fanny Cantin, recherchiste du 2e groupe d’opposition

De Québec solidaire :

  • Amir Khadir, député de Mercier
  • Antoine Casgrain, recherchiste aile parlementaire de Québec SOlidaire.

Délégation des regroupements provinciaux :

  • Joel Castonguay, Regroupement des organismes Espace du Québec (ROEQ)
  • Michel Morin, Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le SIDA (COCQ-SIDA)
  • Andrée Morneau, Association des groupes d’intervention en défense de droit en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ)
  • Chrystiane Naud, Regroupement Naissance-Renaissance (RNR)
  • Julie Ouellet, Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ)
  • Doris Provencher, Association des groupes d’intervention en défense de droit en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ)
  • Mercédez Roberge, coordonnatrice de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles
  • Fimba Tankoano, Fédération des centres d’action bénévole du Québec (FCABQ)