Dernières actualités

06 mars 2019 : dépôt du Rapport provisoire du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments

05 mars 2019 : Les honoraires des pharmaciens-nes à l’émission La Facture

Pourquoi la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles appuie la campagne pour un régime d’assurance-médicaments public et universel

  • Depuis plusieurs années, la Table et ses membres mobilisent en faveur de l’implantation d’un régime d’assurance-médicament public et universel car, sur le terrain, les groupes communautaires constatent la hausse croissante des iniquités et des restrictions dans l’accès aux médicaments, dues au régime hybride québécois. Cela est particulièrement criant pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables sur le plan de la santé, telles que les personnes aînées, celles en situation de handicap, celles vivant avec une maladie ou un traumatisme chronique, celles en situation d’itinérance ou de dépendances, entre autres. C’est avec ce type de réalités que les groupes communautaire travaillent au quotidien, et l’accès aux médicaments est un enjeu fondamental pour ces personnes.
  • Au Québec, près de 10% de la population n’a pas eu accès à des médicaments qu’on lui a prescrit, faute de moyens financiers[1].
  • En plus de priver des personnes d’accès à des médicaments dont elles ont besoin, on observe d’autres conséquences dramatiques: dans certains cas, des gens doivent couper dans leurs besoins de base ou s’endetter pour payer leurs médicaments. Dans d’autres, des employés-es à temps partiel sont parfois contraints de démissionner, en raison des coûts trop élevés des assurances.
  • De plus, les coûts élevés que les Québécois et les Québécoises déboursent pour leurs médicaments par année – plus de 1 000 $ en moyenne, excluant les primes – représente un immense fardeau financier pour les personnes retraitées, les travailleurs et les travailleuses à faible revenu, à statut précaire ou occupant un poste à temps partiel.
  • La santé est un droit et personne ne devrait choisir entre renouveler une ordonnance ou payer l’épicerie.
  • À l’instar du Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de à la santé, rencontré lors de sa visite au Canada en novembre dernier, la Table est convaincus qu’un pays riche comme le nôtre a les moyens de garantir, à chaque personne, l’accès aux médicaments dont elle a besoin.

Un front uni

La Table fait front commun avec l’Union des consommateurs, la Coalition solidarité santé, la FTQ, la CSN, la CSQ, la FIQ-Santé et l’APTS, pour réclamer tant au gouvernement fédéral que provincial l’instauration d’un régime d’assurance-médicaments qui soit public et universel. Il s’agit de garantir à tous et à toutes un accès aux médicaments en toute équité – une composante essentielle du droit à la santé – et de freiner la hausse faramineuse et constante du coût des médicaments et des assurances.

Appels à l’action

1. Demander à la ministre de la Santé du Québec d’implanter un régime d’assurance-médicaments public et universel :

Joignez-vous aux 8624 personnes ayant participé à la campagne Le Remède aux coupures, de la Coalition Solidarité Santé, en envoyant un message à la ministre provinciale de la Santé, Mme. McCann, pour lui demander d’implanter un régime d’assurance-médicaments qui soit 100% public et universel.

Cela ne prend que quelques clics : participer à la campagne

 

2. Signer la pétition du Mouvement pour un régime public et universel d’assurance-médicaments :

Informez-vous

Pour tout savoir sur les problèmes d’équité, d’accès aux médicaments et de coûts posés par l’actuel régime hybride québécois :

[1]  ICIS, Résultats du Canada : Enquête internationale de 2016 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé réalisée auprès d’autres dans 11 pays, Question 15, 2016.